Quand les Lames se Retournent
notation: 0+x

Dans son atelier, il travaillait. Dans son atelier, il forgeait. Mettant beaucoup de lui dans le fer qu'il martelait. Coup après coup, la lame prenait forme. Lame après lame, les pièces s'amassaient. Pièce après pièce, le forgeron continuait.


Ne se souciant jamais de qui sera frappé par ses armes, il fut étonné quand un jour un homme lui demanda combien de sols furent tachés par le fer qu'il maniait, insouciant il répondit qu'il ne s'inquiétait que de si ses clients avaient de quoi payer. L'homme insista et lui parla des fous qui donnaient leur or pour posséder de quoi tuer. À cela, le forgeron ria aux éclats et affirma haut et fort être heureux que de telles personnes existent car se sont de telles personnes qui lui permette de payer son pain ! Alors l'homme s'en alla laissant le forgeron dans son rire.

Loin de repenser à cela, avec peine, l'artisan du métal était plus que jamais la conscience tranquille puisque, tant que les Hommes Fous existeront toujours et bien lui aura toujours du travail, toujours des meurtriers à armer et de ce fait, toujours son pain. Alors, il continua son travail avec plus de motivation qu'il n'en avait jamais eu avant.


Mais il y a des jours qui semblent comme les autres. Des jours où, comme à chaque fois le fer est battu, le pain est mâché et l'eau est bue. Des jours qui sont en apparence simples, des jours où certains des clients du passé reviennent et ce sont en apparence les clients fidèles. Mais ce jour, le client n'était pas bien intentionné, il était effectivement fidèle et adulait au plus haut point le tranchant des lames mais il n'en avait pas assez, il n'avait pas assez d'armes et pas assez d'or et il voulait, non, il exigeait plus de lames et il exigeait plus de sang. Le forgeron lui ne voulais rien entendre, pas de pièce alors pas d'arme mais, Quand les Lames se Retournent contre leurs créateurs, ils ne peuvent faire autrement que s'écrouler au sol comme tout les innocents avant eux, et c'est alors là que Les Forgerons ne rièrent plus.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License